Choisir la Maison de la Question

Le choix de la maison de la question n’est pas toujours aisé. Le fond même de la question peut se ainsi retrouver à cheval sur plusieurs domaines. Lequel choisir en pareil cas ? Voici quelques éléments de réponse pour vous y aider.

Prenons l'exemple d'une interrogation sur le Domaine Professionnel :
  • Toujours retenir le domaine ayant le plus d’affinités avec le fond de la question posée : les préoccupations du questionneur portent-elles sur un problème relationnel avec un collègue (M7) ? L’attente d’une promotion (M10) ? Le lieu de travail ou un déménagement d’activité (M4) ? L’espoir d’un soutien ou de la réussite d’un projet professionnel (M11) ? La perspective d’une promotion ou d’une augmentation (M2) ? La qualité d’un produit ou d’un écrit (M5) ? la qualité de vie sur le lieu de travail (M6) ? L’issue d’une reconversion professionnelle (M8) ? Les relations avec un partenaire à l’étranger (M9) ? Les ennemis inconnus ou les forces d’opposition dans le travail (M12) ? L’état d’esprit ou la qualité d’une réflexion intellectuelle (M3) ?
  • Pour un même domaine (le travail), il est possible de balayer l’intégralité des maisons du sensitif selon la préoccupation réellement au cœur des préoccupations du consultant. De là l’importance de bien préciser l’objet de la question, quitte à employer un jeu de questions-réponses rapide pour parvenir à une spécification suffisamment précise et rigoureuse. C’est généralement l’opportunité aussi pour le consultant de faire le point sur ses intentions réelles, au-delà de son ressenti apparent. J’aime beaucoup faire de cette phase une « mini-session » de coaching personnel. Il arrive d’ailleurs souvent que les questions soient déjà répondues en l’esprit du questionneur, et qu’un « simple » accompagnement s’avère suffisant.
  • Vous aurez également grand bénéfice à employer les voies oraculaires. Le point de l’intention par la maison qu’il occupe vous révélera toujours les préoccupations cachées ou inconscientes du questionneur. La part de fortune synthétisera utilement l’état de la situation du consultant et les influences majeures pesant sur son état d’esprit. La voie du point si elle existe renseignera sur les conditions initiales de la situation et précisera le jeu des forces en présence.
  • Si pour l'exemple une question porte sur l’ambition (promotion honorifique, hiérarchique, statutaire, etc.), la maison 10 sera toute désignée. Si la question porte sur l’issue possible d’un changement, d’une transformation, ou de toute autre situation ou modification liée à une reconversion, une mutation, etc. la maison 8 ressortira comme la plus pertinente. Si enfin la question porte sur l’espoir de succès lié à un projet, une initiative, une prise de décision, un choix quelconque, la maison 11 est celle qu’il conviendra de retenir. Notez dans ce dernier cas que le fond de la question porte plus sur une espérance, les chances de succès, la probabilité de réussir, mais pas toujours dans le cadre d’une transformation (M8) ou d’une augmentation de statut (M10).
  • La démarche de choisir la maison de la question repose sur un travail d’analyse et d’identification de la composante dominante derrière la maison de la question. Est-ce le changement qui domine, l’ambition ou l’espoir d’un succès ? Dans notre exemple, il y a peut-être l’espoir d’un mieux, l’ambition doit entrer en jeu, mais ce qui domine c’est peut-être le facteur de changement et de transformation. Dans un pareil cas, j’aurais tendance à choisir la Maison 8, en ne m’interdisant surtout pas d’interroger consécutivement les maisons 10 et 11 pour connaître l’effet de cette transformation sur la carrière (M10) et la réussite (M11) du Questionneur et de son projet de repositionnement.

Le seul conseil que je pourrais vous donner en la matière et à l’expérience de ma propre pratique, serait de garder un système à la fois simple et constant dans l’attribution de la maison de la question. Ainsi, je n’utilise pas personnellement les attributions de maison en fonction de la profession par exemple des consultants (notaires en 10), mais préfère me maintenir aux définitions générales des maisons.

Il existe dans la littérature de nombreux dictionnaires de définition des maisons tant en astrologie qu’en géomancie, souvent contradictoires et abscons. C’est que le point de vue de chaque auteur est vrai, pour lui-même. Et si même le choix (de maison) est parfois faux, l’acte de choisir reste vrai. Ainsi je préfère m’émanciper de cette vision analytique des choses, et de privilégier une vision plus symbolique, et plus naturelle pour moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire