Louis réussira-t-il le concours d’entrée des Gobelins cette année ?

Le travail d’interprétation qui suit a été réalisé par l’un de mes élèves avec lequel nous avons pris l’habitude de partager régulièrement autour de nos pratiques d’interprétation en Géomancie. Je vous livre le fruit de nos échanges à l’état brut, avec l’espoir qu’il servira à titre de conseil et d’inspiration pour celles et ceux cheminant sur leur propre voie d’apprentissage de la Géomancie. La première section recense le travail original d’interprétation par l’élève, suivie immédiatement de notre correspondance à travers laquelle nous affinons l’étude du thème de Géomancie. Je rends ici un très grand hommage au travail de cet élève dont les qualités exceptionnelles d’intuition et de clairvoyance en font un Géomancien inspiré, et qui n’ont de cesse de m’émerveiller.

Interprétation du Thème par Hervé

  • DATE : 18/03/2018
  • DE : Hervé
  • QUESTION : Louis réussira-t-il le concours d’entrée des Gobelins cette année ?
  • INTERPRÉTATION :
  • Dominantes : AIR – JUPITER – Figures fixes, entrantes, en majorité positives.
  • Le thème est sous les meilleurs auspices et présage une issue positive. L’élément AIR lui, témoigne de l’état incertain de la situation, remplie d’impondérables. La qualité des figures elle, n’invite pas au changement.
  • La Maison I, avec Conjonctio parait indiquer que l’état d’esprit de Louis n’est pas non plus propice au changement. A t’il vraiment envie d’entrer cette année dans cette école, ou veut il continuer une année de plus dans son école comme il l’a déjà évoqué. Le concours de cette année serait une sorte d’entrainement ?
  • On retrouve Conjonctio en passation au Juge. Conjonctio n’est pas une figure de changement et ne donne pas la victoire en cas de compétition.
  • Avec la Maison de la question, en IX, occupée par Tristitia, on peut déduire de ces premières observations que le concours ne sera pas remporté par Louis. Mais il parait, vu l’ambiance général du thème que cela n’aura pas de mauvaises conséquences pour lui.
  • Pour les autres maisons cardinales :
    • L’issue des choses, en IV, avec Caput Draconis montre bien que Louis rebondira assez rapidement. Le concours sera perdu pour son plus grand bien.
    • Maison VII, avec Puer, exprime la difficulté du concours et surement l’état d’esprit téméraire de Louis (il n’est certainement pas prêt).
    • Maison X, le verdict, avec Albus témoigne aussi de l’état d’esprit serein que Louis conservera malgré l’échec. Un certain soulagement.
  • La somme des significateurs, Conjonctio + Tristitia donne aussi Caput Draconis. On voit bien que la situation qui se présentera après les résultats sera très positive.
  • Il sera malgré tout attristé du résultat dans un premier temps : la Part de fortune en VIII et le Point d’intention en IV, tous deux occupés par Caput Draconis + Conjonctio en Juge, donnent Tristitia.
  • Sur les autres maisons :
    • Maison II, avec Caput Draconis. Les finances de Louis s’en porteront aussi bien – l’école est hors de prix. En opposition élémentaire qui exprime tout de même la déception.
    • Maison III, avec Acquisitio, l’entourage. Il va certainement rester en province où il a tissé des liens d’amitié et professionnels forts avec toute une équipe depuis 2 ans. Il s’attristait de devoir les laisser, ce sera une grande consolation.
    • Maison V, avec Populus, en opposition élémentaire, témoigne aussi de cette immobilité et d’une situation qui demeure en gestation.
    • Maison VI, la métier, avec Via, exprime le chemin qui reste à parcourir, le fait que Louis n’est certainement pas encore prêt pour les Gobelins. Via en passation en Maison XI, les projets, confirme cette observation.
    • Maison XII avec Amissio est témoin de l’échec au concours.
  • Si on fait l’exercice de l’examen des triplicités et de les traduire par des sentences :
    • I + II = IX – Conjonctio + Caput Draconis = Tristitia
    • Ce tiraillement dans l’esprit de Louis, entre le désir de rester connecté à sa situation actuelle qu’il apprécie, et celui de présenter le concours. Le résultat ne peut qu’être décevant, d’un coté ou de l’autre.
    • III + IV = X – Acquisitio + Caput Draconis = Albus
    • Mais se tourner vers ce qu’on a acquis et continuer de l’enrichir, pour entamer un nouveau projet, apportera sérénité pour l’avenir.
    • V + VI = XI – Populus + Via = Via
    • La situation en gestation, qui demande à l’évidence d’arpenter le chemin, exige persévérance.
    • VII + VIII = XII – Puer + Caput Draconis = Amissio
    • Le combat, même téméraire, en vue de créer quelque chose de nouveau, n’apporte pas forcément la victoire du premier coup.
  • Mais cet échec provisoire, MXII, couplé à la persévérance de Via en XI, apportera ses fruits et la réussite sera assurée = Témoin droit : Acquisitio.
  • De même, cette sérénité et confiance d’Albus, cette patience saine des acquis, accompagnant la déception de Trititia en IX comme une riche expérience, apportera à terme une Grande Fortune.
  • TD + TG = Juge, Conjonctio : Il en résultera l’équilibre recherché depuis le tout début du thème et , Juge + I = Populus = une situation où tout reste possible.
  • En résumé :
    • Louis n’emportera pas le concours d’entrée des Gobelins cette année. Malgré la déception, il semble qu’il repartira vite sur de nouvelles perspectives constructives, certainement en restant là où il se trouve. Il tentera sa chance probablement l’année prochaine.
    • AIR est plein de perspectives et le thème est Jupitérien ! Aucune inquiétude à avoir.

Compléments à l’interprétation

Bonjour Stéphane,

J’ai 2 questions qui me posent problème dans mes interprétations.

La première concerne simplement la figure Conjonctio.
Je la trouve assez ambiguë et j’ai toujours du mal à l’interpréter. Je l’analyse à chaque fois comme telle et son contraire, ne sachant pas réellement choisir un sens.
Je la vois à la fois comme une figure qui met en relation, qui unit et semble promettre une issue positive, et à la fois comme une figure statique, qui ne promet pas le changement, voire, comme je l’ai lu chez vous et ailleurs, elle peut signifier la mort et l’arrêt des choses.

Ainsi, cela fait 2 fois qu’elle apparait, placée de manière importante dans des thèmes que j’ai dressé et qui restent pour moi difficiles. De sorte que je ne sais pas interpréter la réponse à la question en tant que OUI, ou NON.

Je vous joins un exemple si vous avez le temps d’y jeter un coup d’oeil.
Il s’agit d’un thème que j’ai fait le we dernier, sur la réussite ou non d’un concours d’entrée dans une école de renom pour mon fils Louis.
Le thème est très positif au niveau général et Conjonctio apparait en I et en Juge.
Au départ, j’étais tenté de l’interpréter de manière positive en réponse à la question, il m’apparaissait qu’il emporterait le concours.
Conjonctio représentant la connexion et étant associé aux écoles, la réponse me semblait être oui.
Mais en analysant le thème plus profondément, j’ai ressenti que cette figure signifiait plutôt un attachement et donc une absence de mouvement, une non intention de bouger.
Je suis resté sur cette dernière intuition mais je demeure néanmoins dans le doute.

Si vous aviez un peu de temps pour regarder le thème et mon interprétation, puis me dire ce que vous en pensez et ainsi peut être m’éclairer d’une manière générale sur le sens de Conjonctio, je vous en serai très reconnaissant.

Ma seconde question porte sur les aspects.
Je ne sais pas les utiliser.
Le fait que pour la maison du consultant, la VII sera toujours en opposition, la IV toujours en aspect carré donc négatif, me pose problème… je n’arrive pas à comprendre.
Pour illustrer ma confusion : la maison I, occupée par une figure positive, aspectée par la maison V en trigone, positif, mais occupée par une figure maléfique… comment interpréter cela ?
Si nous pouvions échanger sur ce sujet, je suis certain que je finirai par comprendre.

Hervé


Bonjour Hervé,

Comme à notre habitude, je me contenterai ici de répondre à vos questions, et de compléter votre interprétation, non pas pour combler des manques éventuels, mais uniquement à vocation de servir de complément pédagogique dans le cadre de votre accompagnement.

Votre Thème est nimbé d’influences positives, ce qui ressort parfaitement de votre travail d’interprétation. Hormis quelques signes de retard et d’indétermination, tout est à la faveur d’une évolution positive et constructive des choses. Malgré ce tableau presque idyllique, la Maison de la Question se trouve plombée par une Figure (Tristitia) qui semble contredire catégoriquement le sens général de la distribution. Que peut-on penser d’un tel cas de figure ? Approfondissons un peu.

Commençons par analyser Tristitia dans son environnement ; en positif :

  • Tristitia en Maison de la Question se trouve en harmonie élémentaire avec la Figure Conjonctio en Maison du Questionneur (Terre – Terre), indiquant un accord.
  • Tristitia se trouve en contrariété élémentaire avec la Maison qu’elle occupe (Terre / Feu), avec pour effet de mitiger ses influences maléfiques.
  • Tristitia est issue de deux bons parents, ce qui atténue encore sa nature mauvaise.
  • Compagnie par points (Conjonctio / Caput Draconis), signe d’une ambition bien menée, et dont la fusion donne une troisième figure de même parité de tête (2, 2, 2 – Voir cet article), indication d’une influence bénéfique pour le Questionneur.
  • Tristitia, Figure fixe, voit son présage funeste atténué en Maison (IX) commune et moyenne.
  • Tristitia en conjonction de la Figure Albus en X, est de bon augure (influence favorable).
  • Tristitia ne souffre pas d’un mauvais regard en opposition susceptible de nuire à sa Maison ; (Acquisitio en III, la 7 de la IX).
  • Tristitia se révèle bienveillante par tradition pour l’étudiant en quête de savoir et d’approfondissement spirituel.
  • De tout cela il se peut conclure que si l’examen est annoncé comme un échec, ce sera surtout une source d’enrichissement et d’inspiration, et l’opportunité d’apprendre pour mieux se fixer de nouveaux objectifs. Tristitia est plus à considérer ici sous son aspect (« positif ») de renouveau et d’épreuve initiatique pour se révéler à soi-même de nouvelles voies d’épanouissement, et se déterminer plus sûrement.

En négatif :

  • Conjonctio en I (Questionneur) si on la soumet aux influences de Tristitia en IX (Question) se teinte et s’imbibe fatalement de ses effluences délétères. Le Questionneur est-il bien décidé et déterminé dans son intention profonde à se lancer dans la voie qu’il a choisie ?
  • Il existe une contrariété patente entre Tristitia, Figure du recueillement et de l’introspection, et la Maison occupée (IX), lieu des relations publiques et sociales par excellence. Le caractère du Questionneur et son attitude sont-elles compatibles avec ce choix d’études ? Est-il dans les meilleures dispositions d’esprit pour s’y frotter actuellement ? Il semble manquer de désir de s’ouvrir aux autres et à un autre futur pour embrasser cette ambition.
  • Faut-il y voir chez le Questionneur une difficulté à se dépasser et à transcender ses propres croyances sur lui-même ? Avec Albus en X, il semble en tout cas se satisfaire de sa condition et de sa trajectoire actuelles, et l’idée de s’orienter dans la voie envisagée lui cause peut-être encore une forme d’anxiété et de tourment irrésolu ; (difficulté à faire le deuil de sa situation courante).

Voyons maintenant ce qu’il en est de Conjonctio, l’occasion de répondre à votre question sur la valeur interprétative de cette Figure :

  • Conjonctio dans un Thème est la marque d’un passage entre deux eaux ; à l’image d’un pont, la Figure évoque une traversée.
  • Il s’agit d’une Figure neutre, commune, et influençable ; ce qui la rend bonne avec les bonnes et mauvaise avec les mauvaises.
  • Elle accorde ce qui est attendu tant dans le bien que dans le mal ; si bien que son concours est aveugle à la cause mise en jeu.
  • Conjonctio concède la bonne chance dans le bien, et la mauvaise dans le mal, selon les Figures observées en compagnie.
  • Si les autres Figures sont bonnes, Conjonctio donne la perfection, le contraire si elles se trouvent de mauvaise nature.
  • Elle est signe de bon ou de mauvais présage selon :
    • Les Figures en opposition et en conjonction ; (Voir les aspects).
    • Les Figures dont elle tire sa parentalité ; (bénéfique ou maléfique).
  • En Juge : son influence dérive du sens et de l’influence que lui confèrent les témoins, en lien avec l’objet de la question posée.
  • Conjonctio, c’est aussi dans sa dénomination populaire latinisée, « L’Inconstante », si bien qu’elle peut à tout moment basculer en qualité :
    • Dans un Thème à dominante hostile ou malsaine, son apparition peut signifier l’obtention (malsaine) de la chose demandée, au détriment et pour le plus grand mal du Questionneur.
    • Dans un Thème à dominante bienfaisante et fructueuse, son apparition peut signifier l’obtention (certaine) de la chose demandée, pour le plus grand bien du Questionneur.
    • Dans un Thème aux influences diverses ou mélangées, son apparition peut signifier l’obtention (vaine) de la chose demandée, sans réel bénéfice pour le Questionneur.
  • Conjonctio est enfin parfois synonyme d’action retardée, voire d’arrêt des choses et de mort ; (image du cercueil).

Or dans ce Thème :

  • Conjonctio (Mercure) en I, Maison des aptitudes et des prédispositions, est en son exaltation, et de surcroît figure en figure, pour une question portant sur les études et les compétences intellectuelles. Sa présence dans la Maison du Questionneur met par ailleurs en harmonie les efforts et les initiatives de ce dernier avec le but convoité. Le Questionneur ressort donc d’emblée dans les meilleures dispositions possibles pour accomplir son dessein, peut-être d’ailleurs est-il plus attiré par la poursuite d’un idéal, que la recherche plus intéressée d’un statut social ; (la considération plus que l’honneur). De possibles retards sont tout de même à intégrer dans cette projection.
  • Passant en Juge, il semble qu’il y ait confirmation du présage et appui providentiel en faveur de la réussite de la chose demandée.

Pourtant plusieurs facteurs apparemment anodins semblent s’y opposer avec plus ou moins de véhémence, et si l’on y regarde de plus près :

  • Amissio en XII signe des obstacles et des difficultés dans la circonstance difficiles à surmonter. Le Questionneur est-il préparé à ce qu’il attend ? Le Thème nous met ici clairement en garde contre un manque de moyens, ou une diminution, et un épuisement de ses ressources (mentales ou physiques). L’échec est concrètement à redouter dans la situation.
  • Puer en VII manifeste une force d’obstruction dure et un défi délicat à relever. L’engagement ressort audacieux, et peut-être même irréfléchi. Le Questionneur s’est-il bien préparé à l’examen qu’il s’apprête à présenter ? L’épreuve de l’examen apparaît en tout cas plus forte que sa détermination au succès et en l’état.
  • L’issue finale semble plutôt hasardeuse et sans relief particulier (Populus en XVI), dans un contexte mi-figure mi-raisin parsemé d’incertitudes (Via en XI), et une préparation peut-être encore insuffisante du Questionneur (Via en VI). Tout se passe comme si les espérances du Questionneur se trouvaient encore bien minces dans ce projet, et ses ambitions divisées ; (attention à ne pas courir plusieurs lièvres à la fois).

Je ne détaillerai pas davantage l’interprétation des Figures, rejoignant par ailleurs l’ensemble de vos conclusions, avec beaucoup d’admiration pour votre travail d’analyse. J’ajoute avoir rédigé ce qui précède sans vous lire d’abord. Le parcours consécutif de vos conclusions m’a permis de réaliser que nos deux propos se recouvraient presque intégralement, et cela par des voies d’analyse différentes et complémentaires.

J’ajouterais peut-être que :

  • Un changement heureux  de cap et une évolution favorable interviendront bientôt dans la vie du Questionneur, confirmant le fait qu’il progresse sur la bonne voie (Caput Draconis en VIII), que son choix d’orientation (quel qu’il soit !) est à la fois judicieux, bien dirigé, et favorisé par le destin (Caput Draconis en IV), et qu’il pourra tirer sereinement profit du tout (Caput Draconis en II).
  • Il fait d’ailleurs preuve de beaucoup de bon sens dans ses choix actuellement (Acquisitio en III), ce qui lui confère des résultats brillants et avantageux (Fortuna Major en Passé), et lui promet un avenir fructueux et très enrichissant dans tout ce qu’il entreprendra (Acquisitio en Futur).

Je terminerai ici en vous parlant des aspects en Géomancie. Pour aller droit à l’essentiel, je vais énumérer quelques règles du genre, et me tiendrai à votre écoute si vous avez besoin de tout complément d’élucidation :

  • En Géomancie, les aspects ont comme unique vocation d’apprécier et de moduler en force et en signification le sens d’une Figure prise en référence. En conséquence, on ne retiendra dans l’analyse que les critères de qualité (favorable, défavorable), nature (élémentaire), affinité (complémentaire, contraire, etc.), propriété (fixe, mobile, etc.), paternité (résultante) des Figures pour décider si une telle Figure est ou non fortunée.
  • Exemples :
    • Une bonne Figure (ex. : Laetitia) avec un mauvais regard (ex. : Amissio) se trouvera toujours affaiblie, que l’aspect soit favorable (ex. : conjonction), ou défavorable (ex. : opposition), l’inverse étant vrai dans le cas contraire. La sévérité de cette objection étant assujettie à la nature même de l’aspect en jeu.
    • Une bonne Figure (ex. : Acquisitio) en aspect d’opposition (défavorable) avec une autre bonne Figure (ex. : Caput Draconis) ne subira aucune altération de son état, et conservera toute sa bonté, tandis qu’en cas d’aspect de conjonction (favorable), son bénéfice se trouvera encore renforcé. L’équivalent se pouvant exprimer en termes de maléfice s’il ne se trouve que de mauvaises Figures.
    • Une Figure de Feu (ex. : Puer) en aspect favorable ou défavorable avec une Figure d’Eau (ex. : Populus) verra son présage contrecarré ou affaibli de par le jeu des antagonismes élémentaires, l’inverse étant acquis en cas d’affinité. La gravité des obstructions devra être modulée en fonction de la force et du type d’aspect en présence.
    • Une Figure quelconque (ex. : Albus) se trouvera toujours contredite ou démentie en cas d’apparition en aspect quelconque de sa Figure contraire (ex. : Rubeus). L’inverse étant véridique en cas de survenue d’une Figure complémentaire (ex. : Puella), ou en analogie de sens (Idem).
    • Une Figure fixe aspectée par une autre mobile se trouvera toujours amoindrie en force et en stabilité, tandis qu’une autre mobile ou commune gagnera en assise et en assurance, en regard d’une seconde fixe.
    • Une Figure additionnée à une autre en aspect de la première, le tout donnant une troisième Figure à caractère bénéfique, sera toujours signe de bonté et d’amélioration ; (la Figure résultante éclairant sur des facteurs tiers à prendre en compte). L’inverse étant également vrai en cas de Figure résultante maléfique.
    • Par l’étude de l’aspect de conjonction, vous parviendrez à compléter, à étendre et à affiner l’étude d’une Figure donnée dans le Thème.
    • Par l’étude de l’aspect d’opposition, vous parviendrez à éclaircir les obstacles et et les forces qui s’opposent à la volonté du Questionneur.
    • La plupart du temps je m’en tiens à ces deux aspects, les autres n’endossant de valeur et de pertinence que très secondaires d’après moi.
    • Il sera possible de dériver le sens même des Maisons afin d’étendre encore l’interprétation des aspects en Géomancie, et éventuellement d’y intégrer les significations desdites dans vos conclusions. Par exemple et pour une question portant sur un contrat, il pourra s’avérer recommandable de choisir la Maison VII comme initialisant le Thème, et de dériver le sens de toutes les autres à partir de celle-ci qui a été choisie. La lecture des aspects s’en trouvera dès lors nettement enrichie et objet d’une foule d’informations complémentaires.
    • De ce dernier point de vue, il est important de retenir que chaque Maison est à la fois unique (de par son numéro d’ordre dans la distribution naturelle), et multiple (en potentialité), selon le schéma de lecture que l’on choisira par intuition d’appliquer sur le Thème. Une même Maison pourra ainsi endosser toutes les significations possibles des douze cases du domaine existentiel.

Il serait bien trop long de chercher à couvrir ici tous les cas de figures, tant les déclinaisons possibles sont nombreuses et variées.

J’espère tout de même avoir éclairé un peu votre chemin à travers ces quelques lignes.

Au plaisir de vous lire bientôt je l’espère,

Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × 1 =