Serait-il bénéfique pour Sandrine qu’elle change d’étude ?

Le travail d’interprétation qui suit a été réalisé par l’un de mes élèves avec lequel nous avons pris l’habitude de partager régulièrement autour de nos pratiques d’interprétation en Géomancie. Je vous livre le fruit de nos échanges à l’état brut, avec l’espoir qu’il servira à titre de conseil et d’inspiration pour celles et ceux cheminant sur leur propre voie d’apprentissage de la Géomancie. La première section recense le travail original d’interprétation par l’élève, suivie immédiatement de notre correspondance à travers laquelle nous affinons l’étude du thème de Géomancie. Je rends ici un très grand hommage au travail de cet élève dont les qualités exceptionnelles d’intuition et de clairvoyance en font un Géomancien inspiré, et qui n’ont de cesse de m’émerveiller.

Interprétation du Thème par Hervé

  • DATE : 11/03/2018
  • DE : Hervé pour Sandrine
  • QUESTION : Serait-il bénéfique pour Sandrine qu’elle change d’étude ?
  • INTERPRÉTATION :
  • Dominantes : TERRE – MARS/SATURNE – Figures mobiles, sortantes, rétrogrades.
  • Les dominantes sont affirmées. Elles témoignent d’une situation paralysée (TERRE) et négative (MARS ET SATURNE) bien qu’instable et pleine d’atermoiements (propriétés des figures). Le questionnement semble d’ordre matériel et l’ambiance générale du thème parait répondre négativement.
  • Les 4 Maisons angulaires sont occupées par des figures maléfiques qui donnent aussi d’emblée une réponse plutôt négative à la question posée.
  • La maison de la question est en Maison VIII, les transformations, occupée par Albus en identité élémentaire Eau (inertie). Albus n’est pas une figure de changement, bien au contraire elle nous conseille prudence et patience.
  • La consultante parait dans un état d’esprit déprimé par rapport à son emploi : Cauda Draconis. Elle n’espère plus rien, ni promotion, ni évolution de salaire : Cauda Draconis en MII en identité élémentaire. Compagnie simple entre MI et MII qui renforce ce diagnostic.
  • Cauda Draconis est en passation en MV et en MXII témoignant du manque d’intérêt qu’elle porte en ce moment à son poste. Il apparaît que la situation est vécue par la consultante comme figée, au niveau salaire et évolution de carrière. Le désir de changement semble n’être que d’ordre matériel, voire pécuniaire.
  • Pour revenir sur les maisons angulaires, Rubeus en MIV, l’issue, ne présage rien de bon, Fortuna Minor en VII, ne promet qu’une victoire trompeuse et Carcer en verdict en MX nous indique que le changement d’étude ne réglera en rien la problématique de la consultante.
  • Le reste des maisons n’est pas plus positif : Via en MVI, Populus en MIX, Tristitia en MXI… La somme des significateurs donne Fortuna Minor
  • Il parait évident que la réponse est NON. La consultante ne retirera rien de bon à un changement d’étude
    notariale.
  • Le tribunal et notamment ses témoins confirment l’analyse. Carcer témoigne de la situation de la consultante, ou plutôt de son ressentiment présent. Via en témoin gauche, exprime l’issue longue et incertaine de la décision de changement si elle avait lieu.
  • Le Juge, par contre est intéressant, car s’il s’oppose radicalement à l’idée de départ et de changement (Conjonctio), il représente aussi un espoir de réconciliation, de reconnexion avec le présent.
  • Si, à la lumière de ceci on lit la sentence (Laetitia), très positive, comme le résultat pour la consultante de justement ne pas bouger, on peut aisément conseiller à celle-ci de patienter. La situation actuelle, dans l’étude dans laquelle elle officie peut certainement s’améliorer et trouver une issue favorable à terme.
  • Elle ne doit pas changer, et ceci pour son bien.
  • Il est peut être intéressant de pousser plus loin en posant une nouvelle question pour un nouveau thème concernant l’évolution de la situation de la consultante dans son étude actuelle.
  • En tout cas, pour l’instant, Sandrine ne doit pas bouger.

Compléments à l’interprétation

Bonjour Stéphane,

Concernant la maison de la question, qui n’est quelques fois pas aisé à trouver pour moi, j’ai une autre question.
Une de mes proches qui travaille en tant qu’assistante de Clerc dans sur étude notariale me demande si ce serait bénéfique pour elle de changer d’étude.
Je n’ai pas encore consulté la Géomancie car j’ai des doutes sur la maison de la question.
La Maison VI est celle du métier du consultant, mais la Maison XI, celle des projets est une bonne candidate non ? De plus, en lisant les tirages présent sur votre site, je vois que pour une question attenante à l’évolution professionnelle d’une personne vous avec placé la maison de la question en Maison VIII, ce qui m’a surpris. Pouvez vous m’éclairer sur ce point ?

Par ailleurs, j’ai réalisé un thème à la demande d’une personne de ma belle famille concernant sa soeur. Je trouve le thème difficile et particulier dans la mesure où la figure Puella se répète 4 fois.
Comme j’ai conservé la figure Puella dans sa forme “classique”, je serai curieux de connaître votre interprétation avec la signification Puer pour cette figure.
Puis je vous envoyer le thème comme les précédemment ? Si vous avez un peu de temps à y consacrer bien entendu.

A la réflexion, concernant la maison de la question décrite dans mon dernier mail, la Maison X me semble appropriée, elle correspond à la profession du consultant, ses ambitions et en même temps elle est associée aux métier du notariat. Qu’en pensez vous ?

Hervé


Bonjour Hervé,

En effet le choix de la maison de la question n’est pas toujours aisé, car comme vous l’avez bien identifié, le fond même de la question peut se retrouver à cheval sur plusieurs domaines. Lequel choisir en pareil cas ? Voici quelques éléments de réponse pour vous y aider :

  • Toujours retenir le domaine ayant le plus d’affinités avec le fond de la question posée : les préoccupations du questionneur portent-elles sur un problème relationnel avec un collègue (M7) ? L’attente d’une promotion (M10) ? Le lieu de travail ou un déménagement d’activité (M4) ? L’espoir d’un soutien ou de la réussite d’un projet professionnel (M11) ? La perspective d’une promotion ou d’une augmentation (M2) ? La qualité d’un produit ou d’un écrit (M5) ? la qualité de vie sur le lieu de travail (M6) ? L’issue d’une reconversion professionnelle (M8) ? Les relations avec un partenaire à l’étranger (M9) ? Les ennemis inconnus ou les forces d’opposition dans le travail (M12) ? L’état d’esprit ou la qualité d’une réflexion intellectuelle (M3) ?
  • Vous le voyez, pour un même domaine (le travail), il est possible de balayer l’intégralité des maisons du sensitif selon la préoccupation réellement au cœur des préoccupations du consultant. De là l’importance de bien préciser l’objet de la question, quitte à employer un jeu de questions-réponses rapide pour parvenir à une spécification suffisamment précise et rigoureuse. C’est généralement l’opportunité aussi pour le consultant de faire le point sur ses intentions réelles, au-delà de son ressenti apparent. J’aime beaucoup faire de cette phase une « mini-session » de coaching personnel. Il arrive d’ailleurs souvent que les questions soient déjà répondues en l’esprit du questionneur, et qu’un « simple » accompagnement s’avère suffisant.
  • Vous aurez également grand bénéfice à employer les voies oraculaires. Le point de l’intention par la maison qu’il occupe vous révélera toujours les préoccupations cachées ou inconscientes du questionneur. La part de fortune synthétisera utilement l’état de la situation du consultant et les influences majeures pesant sur son état d’esprit. La voie du point si elle existe renseignera sur les conditions initiales de la situation et précisera le jeu des forces en présence.
  • Pour répondre précisément à votre question, si la question porte sur l’ambition (promotion honorifique, hiérarchique, statutaire, etc.), la maison 10 est toute désignée. Si la question porte sur l’issue possible d’un changement, d’une transformation, ou de toute autre situation ou modification liée à une reconversion, une mutation, etc. la maison 8 semble la plus pertinente. Si enfin la question porte sur l’espoir de succès lié à un projet, une initiative, une prise de décision, un choix quelconque, la maison 11 est celle qu’il conviendra de retenir. Notez dans ce dernier cas que le fond de la question porte plus sur une espérance, les chances de succès, la probabilité de réussir, mais pas toujours dans le cadre d’une transformation (M8) ou d’une augmentation de statut (M10).
  • Vous le voyez encore, la démarche de choisir la maison de la question repose sur un travail d’analyse et d’identification de la composante dominante derrière la maison de la question. Est-ce le changement qui domine, l’ambition ou l’espoir d’un succès ? Dans votre exemple, certes il y a l’espoir d’un mieux, certes l’ambition doit entrer en jeu, mais d’après moi ce qui domine c’est le facteur de changement (d’étude) et de transformation. J’aurais donc tendance à choisir la Maison 8, en ne m’interdisant surtout pas d’interroger consécutivement les maisons 10 et 11 pour connaître l’effet de cette transformation sur la carrière (M10) et la réussite (M11) de la consultante et de son projet de repositionnement.

Le seul conseil que je pourrais vous donner enfin et à l’expérience de ma propre pratique, serait de garder un système à la fois simple et constant dans l’attribution de la maison de la question. Ainsi, je n’utilise pas personnellement les attributions de maison en fonction de la profession par exemple des consultants (notaires en 10), mais préfère me maintenir aux définitions générales des maisons.

Il existe dans la littérature de nombreux dictionnaires de définition des maisons tant en astrologie qu’en géomancie, souvent contradictoires et abscons. C’est que le point de vue de chaque auteur est vrai, pour lui-même. Et si même le choix (de maison) est parfois faux, l’acte de choisir reste vrai. Ainsi je préfère m’émanciper de cette vision analytique des choses, pour privilégier une vision plus symbolique, et plus naturelle pour moi.

Stéphane.


Bonjour Stéphane,

Je vais donc prendre la Maison VIII pour interroger sur cette question de changement d’étude notariale, merci beaucoup pour vos éclaircissements sur ce point et en général.

Hervé


Bonjour Hervé,

  • Pour cette fois en effet, le thème semble sans appel et laisse peu de place à l’hésitation quant à l’issue de l’affaire interrogée.
  • La Consultante ressort d’emblée bien mal engagée dans sont projet, lequel gagnerait sans doute à être considéré sous un jour nouveau. Tout indique qu’elle est parvenue au terme d’un cycle professionnel, et que le besoin d’un renouveau se fait sentir pressément, avec l’envie de tourner la page sur un chapitre de sa carrière. Or de toute évidence, ni son traitement actuel, ni ses occupations ne sont plus sources d’épanouissement et d’enrichissement.
  • Cette situation est vécue comme contraignante, avec un sentiment prononcé de stagnation et d’immobilisation, face à l’impossibilité au moins temporaire de réaliser ses objectifs, et devant les obstacles en perspective. Il est fort probable que d’autres facteurs plus profonds encore entrent en jeu en l’esprit de la Consultante, et notamment liés à ses ambitions qui tardent à s’accomplir, et dont finalement la question posée ne représente que l’une des nombreuses facettes. Malheureusement en l’état actuel des choses, son projet paraît manquer de soutien et la conjoncture lui demeure plutôt défavorable.
  • Tout porte à croire qu’un changement d’étude se solderait finalement par une dégradation de ses conditions de travail, et une pénibilité accrue dans l’exercice ordinaire de son métier. Il y a d’ailleurs de la colère chez cette Consultante, de celle qui vous porte à provoquer des changements salutaires face à une situation ou un acquis devenu source de frustration et d’insatisfaction, et à modifier radicalement son point de vue sur les choses pour adopter un regard nouveau.
  • Malgré cela, ses idées au moment de la consultation demeurent confuses et ses projections sans réelle portée, le tout dans un contexte hasardeux qui manque cruellement de cap, et où tout semble à la dérive. Faute d’une détermination claire, l’affaire en cause semble promise à un dénouement illusoire, à l’image des moyens et des biais qu’empruntent la Consultante, pour le moins incertains et mal adaptés. En conséquence elle se retrouve en proie à une adversité difficilement surmontable, allant au-delà de ses limites et de ses possibilités du moment. Le contrat offert ressort de ce point de vue relativement médiocre, et à peine matériellement avantageux.
  • Malgré toutes ces embûches, une évolution favorable et sans doute inopinée de sa situation semble s’esquisser, avec la perspective d’un changement bénéfique. La Consultante peut croire dans sa bonne étoile, et se laisser guider dans une certaine mesure par la providence, en se maintenant dans une attitude d’accueil devant une situation qui devrait connaître un détour favorable. En tout état de cause, les buts qu’elle s’est fixée lui seront bientôt accessibles par des voies détournées, tandis que  celle de ses aspirations professionnelles devrait lui devenir accessible dans un futur proche. Une rencontre décisive pourrait être à l’origine de ce coup de pouce du destin.
  • Si l’action matérielle apparaît retardée à tous points de vue, l’action spirituelle n’en est que plus dense, et l’on sent chez la Consultante une intense activité de réflexion et d’introspection. Si bien qu’il lui sera conseillé d’aller rechercher en elle-même les ressources et les réponses à sa problématique, et d’en faire recours à des pratiques de développement personnel pour l’aider à faire émerger ses propres solutions.

Notez bien ici la présence de Laetitia en Sentence, qui est à rapprocher du concept de baraka. Or il est une tradition en Géomancie qui prévoit que pour parler, la Sentence ne peut s’exprimer seule, et ne peut faire entendre son message sinon par la voix d’un messager.

Ainsi existe-t-il en tout thème géomantique une clé d’interprétation que l’on nomme figure élémentaire ou « figura elementaris ». Cette signature se manifestera toujours par addition de la Sentence successivement avec les quatre figures à sept points de la Géomancie, et jusqu’à ce que celle-ci devienne l’une d’entre elles, si ce n’est pas déjà le cas au moment de sa construction.

Chacun de ces signes à sept indices correspond à l’un des quatre éléments de Feu, d’Air, d’Eau, et de Terre, au respect de la hiérarchie alchimique, et selon le rang occupé par le point impair.

Afin de vous épargner le calcul fastidieux inhérent à la découverte de ladite figure, vous tirerez profit de la matrice de corrélation élémentaire ci-dessous et à titre de référence :

figura-elementaris-geomancie

Par la détermination de la figure élémentaire, vous déduirez quel élément gouverne l’affaire en cours, ainsi que les tendances en rapport avec cet élément dominant, et susceptibles d’exercer leurs effets sur la situation actuelle du Questionneur :

  • Figure de Terre :
    • Le Questionneur est absorbé par la contingence ordinaire et motivé par des intérêts matérialistes.
    • Le jeu des forces en présence paralyse toute évolution ou progression significative de la situation.
  • Figure d’Eau :
    • Le Questionneur se trouve en incapacité de réagir et impuissant devant l’adversité.
    • Les épreuves inopinées qui se dressent devant lui le contraignent à une situation de stagnation hostile.
  • Figure d’Air :
    • Le Questionneur fait preuve de sagacité et d’éloquence dans la situation considérée.
    • La situation recevra le soutien de bienfaiteurs ou de facteurs extérieurs providentiels.
  • Figure de Feu :
    • Le Questionneur fait montre d’un esprit dynamique et conquérant dans l’atteinte de la chose demandée.
    • Il règne sur la situation un vent de changement salutaire et profitable aux grands projets de transformation.

Dans le cas présent, la Sentence Laetitia étant du signe du Feu, promet une évolution notable de la situation à plus ou moins brève échéance, et un changement d’attitude de la Consultante, plus offensive et décidée dans son comportement et sa volonté de faire bouger les choses.

La figure élémentaire ne doit pas être confondue avec la dominante élémentaire du Thème. La première éclaire sur la tendance et l’évolution des forces en présence, tandis que la seconde matérialise l’état au présent d’un environnement et de l’ambiance autour de la Consultante.

Stéphane.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + 3 =