Ma sœur Laurence vendra t’elle sa maison dans l’année ?

Le travail d’interprétation qui suit a été réalisé par l’un de mes élèves avec lequel nous avons pris l’habitude de partager régulièrement autour de nos pratiques d’interprétation en Géomancie. Je vous livre le fruit de nos échanges à l’état brut, avec l’espoir qu’il servira à titre de conseil et d’inspiration pour celles et ceux cheminant sur leur propre voie d’apprentissage de la Géomancie. La première section recense le travail original d’interprétation par l’élève, suivie immédiatement de notre correspondance à travers laquelle nous affinons l’étude du thème de Géomancie. Je rends ici un très grand hommage au travail de cet élève dont les qualités exceptionnelles d’intuition et de clairvoyance en font un Géomancien inspiré, et qui n’ont de cesse de m’émerveiller.

Interprétation du Thème par Hervé

  • DATE : 03/03/2018
  • DE : Hervé pour Sandrine
  • QUESTION : Ma sœur Laurence vendra t’elle sa maison dans l’année ?
  • INTERPRÉTATION :
  • Dominantes : EAU, VENUS, figures mobiles, rétrogrades et sortantes. Ces dominantes ne sont par contre pas très fortes (dans les 12 Maisons, EAU = 5 mais FEU = 4, par exemple) à part l’aspect sortant des figures qui lui est affirmé (8/12) et promet l’issue.
  • Venus nimbe le thème de sa nature bénéfique, cependant les dominantes Eau, rétrograde et mobile laissent présager un déroulement lent et jonché d’obstacles et de tergiversations.
  • Il y a perfection par occupation entre la Maison I de la consultante (la sœur) et celle de la question, la maison IV, car elles sont toutes deux occupées par Puella. En Maison IV, celle ci est même en identité élémentaire EAU, alors qu’au sein de la Maison I elle est en opposition élémentaire.
  • Cette perfection annonce traditionnellement une issue positive. Mais Puella, si elle est une figure bénéfique, elle n’est cependant pas combative, préférant “profiter” de l’instant présent et goûter au plaisir disponible sans se soucier vraiment du lendemain. Ce n’est pas une figure de décision.
  • De plus, on peut observer au premier coup d’œil qu’elle passe en Maison VII. Cela fait donc 3 maisons angulaires occupées par cette figure. Enfin, elle est en passation en Maison XI, le projet, les amis.
  • On ajoutera aussi que la Part de fortune tombe en Maison de la question, IV, ce qui ajoute encore aux influences déjà décrites.
    Le sens de Puella couvre le thème d’une manière quasi possessive.
  • De ces premières observations on peut déduire que l’issue sera positive, la maison sera vendue, mais aussi que la situation évoluera de manière très lente et passive.
  • Pour compléter l’observation angulaire, nous avons Fortuna Minor en Maison X, qui exprime un verdict qui n’est pas très favorable en terme de solution à la situation.
  • On peut en déduire que la vente de la maison ne solutionnera pas réellement la problématique du couple, mais sera simplement une petite victoire, une avancée certes positive mais qui n’apportera pas l’issue attendue. Comme un faux espoir.
  • Ensuite, si nous observons les Maisons succédentes, nous trouvons Puer en Maison II (réunion heureuse des contraires) et en Maison V, accompagnant toutes deux Puella. De même nous retrouvons Puella en VII en compagnie de Via en VIII. Puis, Puella en XI suivie de Rubeus en XII, les épreuves. Cela exprime fortement combativité, patience, obstacles et épreuves à venir, car encore une fois si Puella est positive, elle semble influencée par des forces contraignantes et éprouvantes.
  • Parallèlement, nous trouvons Caput Draconis en Maison III, l’entourage, qui peut à la fois exprimer le soutien de la soeur de la consultante (celle qui a posé la question) et la nouvelle positive, l’annonce de la vente potentielle de la maison. Etant une figure associée au mois d’août, on peut imaginer une proposition concrète d’achat ce mois.
  • Puella elle, associée à Septembre, peut signifier une vente à partir de ce mois.
  • Reste la figure Conjonctio occupant la Maison VI, les servitudes, associée au bien dont le couple veut se séparer, et la Maison IX que l’on peut ici associé aux aspirations, celles qui consistent à se sortir de la situation présente. Conjonctio n’est évidemment pas positive pour se séparer d’un bien ou d’une situation, ce qui corrobore les conclusions écrites plus haut. Mais elle peut exprimer aussi en second lieu, le contrat, l’accord, la conjonction de forces opposées, donc la vente, à terme, de la maison.

Observation du Tribunal :

  • le Témoin droit, avec Amissio décrit bien la situation financière de la consultante aujourd’hui, le Témoin gauche occupé par Via résume à lui seul les difficultés à venir pour se sortir de cette situation et indique que le chemin sera long et semé d’embûches.
  • Le Juge lui, avec Acquisitio semble promettre une issue bénéfique. On a ici une figure positive issue de deux figures négative qui l’influencent grandement. De plus, Acquisitio est une figure de gain et n’est pas la plus amène à promettre la fin d’une situation donnée. On retrouve donc un tribunal qui résume bien ce qui ressort de l’analyse des 12 maisons.
  • La sentence, avec Cauda Draconis est intéressante. En effet elle promet une issue définitive de la situation, une fin, non seulement des épreuves de la consultante mais aussi l’abandon du projet attenant à la vente espérée du bien immobilier (l’achat d’un autre bien avec local commercial). Il semblerait qu’après la vente, le couple pourrait s’orienter vers quelque chose de nouveau, dans une autre région, un nouveau départ.
  • A la lumière de ce que la soeur de la consultante m’a décrit sur l’état d’esprit de la consultante et de son couple, si cette dernière observation n’est pas une prévision, elle demeure et peut être avant tout, un conseil d’action.

Pour résumer :

  • La consultante, même si elle se trouve dans une situation très inconfortable financièrement, semble moins affectée que ce que décrit sa soeur qui consulte l’oracle pour elle. Puella influençant grandement le thème, on peut voir un couple qui reste très soudé face à l’adversité. Ils paraissent néanmoins attentistes et passifs face à cette situation.
  • L’évolution sera très lente et même si l’objet de la question, la vente de cette maison, se fera à terme, il ne faut pas compter que cela se fasse avant septembre. Durant cette période, il faudra continuer à se défendre contre les événements et les obstacles et tenir bon. La consultante pourra s’appuyer sur sa soeur pendant ce temps.
  • De plus, il apparaît que cette vente n’apportera pas la solution à la situation générale mais qu’elle pourra jouer un rôle déclencheur pour que le couple sorte de sa candeur et passe à autre chose en initiant un tout autre projet de vie.

Compléments à l’interprétation

Bonjour Hervé,

Merci de partager avec moi ce thème tout à fait singulier.

Comme vous avez opéré avec Puer et Puella en configuration classique, je vais m’en tenir au même référentiel que vous et respecter votre manière de consulter.
Encore une fois, je rejoins votre analyse et vos conclusions ; si bien que ce qui va suivre, n’a vocation que d’étendre votre savoir-faire déjà amplement suffisant à dire le thème.

La consultante ressort préoccupée par des changements qui tardent à s’accomplir dans sa vie (Point de l’intention en VIII avec Via), incertaine et hésitante, et un peu sur la réserve (Puella en I). Elle semble également manquer de détermination dans sa volonté à se séparer de son bien, faisant peut-être même preuve d’une certaine passivité, quitte à laisser faire la providence, qui d’ailleurs lui est favorable dans la circonstance (Perfection par occupation avec Puella). La vente du bien immobilier sera toutefois bien conclue dans l’année (Puella de I en IV), au terme de négociations ponctuées d’hésitations et de reculades (Puella de IV en VII), le tout dans un climat plutôt favorable, dominé par des aides et des facilités nombreuses et certaines (Puella de VII en XI). Si la vente est placée sous de bons auspices (Part de Fortune en IV avec Puella), sa réalisation pourra s’avérer décevante, et plus longue que prévu (Fortuna Minor en X, la 7 (les transactions) de la IV (immobilières)). La consultante sortira-t-elle satisfaite de l’affaire ? Il semble en tout cas que si la vente se fera bel et bien dans le délai imparti, ce ne sera pas à la plus grande satisfaction de celle-ci (MX, le succès de la chose accomplie). Serait-ce le fait d’une difficulté à recouvrer les fonds de la vente (Puer en II) ? Ou de négociations âpres sur la valeur du bien immobilier avec l’acheteur (Puer en V) ? Tout porte à croire en tous cas à de certaines tergiversations lors des négociations (Perfection par translation avec Puer). Le processus de vente risquant ainsi d’être retardé par manque de liquidité (financière) de la part de l’acheteur (Via de VIII en Futur), ce qui ne manquera pas de causer des discussions parfois houleuses lors des transactions, et une certaine colère chez la consultante (Rubeus en XII). Quoiqu’il en soit, la vente n’a jusque-là pas été un succès et cette situation reste cause d’appauvrissement pour la consultante (Amissio en Passé), qui pourtant dispose des moyens matériels et du bon état d’esprit pour atteindre son objectif (Conjonctio de VI en IX). L’objet de la vente se révélera d’ailleurs source d’amélioration durable de ses conditions de vie, et d’accomplissement de son désir de stabilité (Acquisitio en Juge). Malgré la promesse de succès de sa démarche (Caput Draconis en III), le compte n’y sera pas complètement, et la situation à terme ne laisse pas entrevoir la satisfaction espérée (Sentence en passation secondaire en III Cauda/Caput). Il conviendra sans doute d’enrichir le panel de ses choix et d’envisager d’autres pistes de réflexion sur la base de ses possibilités renouvelées du moment.

  • Vous l’avez parfaitement relevé, ce qui est remarquable dans ce thème, c’est la répétition de la figure Puella.
  • Cette répétition trace une trame dans le thème qui objectivement permet à elle seule de répondre à la question posée.
  • Le tribunal et les maisons complémentaires permettant d’éclairer le degré de satisfaction à terme et les conséquences.
  • Dans le cas présent, tout se passera bien malgré quelques hésitations, même si le résultat ne donnera pas la satisfaction attendue.

D’ailleurs et de ce dernier point de vue, une technique amusante dont je me sers fréquemment peut vous aider.
Prenez ici le cas de la triplicité Juge + Maison I = Sentence :

  • Acquisitio + Puella = Cauda Draconis
  • « Le gain dans la facilité ne donne qu’une satisfaction partielle ».
    (Souvenez-vous qu’une mauvaise figure issue de deux bonnes demeure imprégnée de leur influence bénéfique, donc ici Cauda est « modérément » malveillante).
  • Amusez-vous à traduire par un mot les figures et à édicter un proverbe ; vous tomberez souvent juste.

Ici tout se passe comme si la consultante misait trop sur la réalisation d’un but pour remédier à des difficultés plus profondes dont elle n’a pas ou trop peu conscience.
Cette technique en apparence simpliste permet bien souvent un abord plus psychologique et moins analytique du thème, plus intuitif aussi.

  • Autre exemple : Un acheteur irrésolu et hésitant (Puella en VII) + Dont les ressources financières sont douteuses ou se font attendre (Via en VIII, la 2 de la VII) = Provoque de la colère chez la Consultante, révoltée par la situation (Rubeus en XII).

Saurez-vous interpréter sur ce modèle les triplicités suivantes :

  • I + II = IX ?
  • III + IV = X ?
  • Passé + Futur = Juge ?

Je vous en dirai plus dans un prochain thème sur l’interprétation de ces triplicités.

Stéphane.


Bonjour Stéphane,

j’apprécie à chaque fois un peu plus de lire vos compléments sur mes interprétations de thème, j’en apprends toujours de riches enseignements.

La méthode de l’étude des triplicités et l’approche proverbe sont géniales !
Les triplicités s’analysent-elles toujours dans le mode impaire/paire ? On somme les compagnies et si la figure obtenue est dans le thèmes on regarde où en comment se trouvera le résultat de ces influences ?

Quoiqu’il en soit, je me suis amusé à répondre à vos questions :
I + II = IX ?
Puella + Puer = Conjonctio
La candeur qui s’arme de témérité peut être une réunion positive.

ou, méfies toi de l’eau qui dort !

III + IV = X ?
Caput Draconis + Puella = Fortuna Minor
Un belle opportunité prise avec facilité n’apporte qu’une petite victoire.

C’est le lièvre de la fable de Lafontaine.

Passé + Futur = Juge ?
Amissio + Via = Acquisitio
Patience et persévérance donnent les fruits escomptés.

C’est la tortue de la fable.C’est très amusant et très sensible, merci beaucoup !

Bonne semaine.

Hervé


Bonjour Hervé,

Permettez-moi de vous en dire un peu plus sur l’étude de ces fameuses triplicités de figures.
En tout thème, il se peut deviner huit triplicités de figures, que vous retrouverez facilement à titre d’exercice.

Ces triplicités ne sont pas à confondre avec celles héritées de l’astrologie et décrites dans mon ouvrage sous l’expression de « triplicités du sensitif ».

Or, l’expérience m’a permis de confirmer ce que dit trop peu la tradition : chaque triade, (trinité, triplicité) est porteuse de sens et permet de « dire » les messages secrets du thème avec beaucoup de naturel et d’intuition.
Or toujours et pour mieux en extraire le sens, il m’est apparu que la lecture à l’aide d’expressions permettait de composer des sortes de maximes ou de sentences proverbiales très inspirantes et éclairantes.
J’irais jusqu’à dire et c’est une confidence, que bien menée cette lecture permet d’atteindre directement au cœur du thème, chaque triplicité se comportant comme un thème miniature porteur d’un fragment de message oraculaire.

Une chose amusante à relever pour le bon goût ici : les auteurs américains modernes avec JM Greer à leur tête ont à la lecture de R. Fludd commis l’erreur de confondre les triplicités zodiacales (feu, terre, air, eau) avec ce qu’ils ont appelé les triplicités géomantiques.
C’est une chose bien malheureuse car de fait leur interprétation s’en trouve dévitalisée et dépossédée de tout son sens. Si vous lisez ces ouvrages, vous pourrez vous amuser à relever cette incohérence, dont toutefois je ne saurais trop leur tenir rigueur tant l’essentiel est ailleurs.

Vous pouvez vous reporter dans mon livre au chapitre traitant des « paternités de figures » pour compléter votre analyse des triplicités.
Vous aurez remarqué que plus on observe avec un regard pour le dire ainsi « enfantin » le thème, plus grandes sont nos chances de tomber juste.
Fabriquer ces « haïkus » est un jeu, dont la portée est inouïe si l’on y songe, qui nous permet de raconter une histoire comme si elle se déroulait devant nos yeux.


Bonjour Stéphane,

Mais bien sur ! Encore une fois j’en oublie de voir le thème simplement, dans sa forme d’écu. J’en oublie sa construction même, obnubilé que je suis par sa forme carrée que j’apprécie pour l’interprétation !
Les triplicités au nombre de 8 sont les Mères et les Filles qui, par deux, produisent les Nièces (4) ; les Nièces qui donnent les Témoins (2) ; les Témoins qui forment le Juge puis le Juge et la première Mère de qui l’on obtient la Sentence. Ce qui fait 8.

Il faut que je m’attache à voir les choses plus simplement, merci encore pour ça Stéphane !

Hervé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

vingt − quatre =