La Sentence

  • La Sentence, aussi nommée : « la Claire », « le Juge Suprême », « le Subjudex », le « Juge auxiliaire », « la Maison Dieu », « la Providence », « le Réconciliateur », trouve domicile à l’extérieur du thème. Elle résulte de la copulation du Juge avec la première figure ; (du Questionneur).
  • Elle tend à préciser la signification du Juge lorsque le sens de celui-ci n’apparaît pas nettement. Maison du destin par excellence, du fatum, sa consultation doit être précautionneuse et justifiée.
  • La Sentence éclairera sur le degré de satisfaction que le Questionneur (en Maison I, point de départ du thème) sera en droit d’espérer du développement de l’affaire mise en cause, et renseignera sur l’aboutissement du décret prononcé par le Juge (Maison XV).
  • Si la figure de la Sentence est bonne, annonçant une issue finale heureuse, et se trouve également représentée dans le thème, des bienfaits providentiels pourront être espérés dans le domaine indiqué par la Maison réceptrice. Le contraire s’appliquant en cas de figure mauvaise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

10 − cinq =